COMINES-WARNETON « Chacun doit être comme une petite fourmi »

Une demi-heure de discours denses et l’affaire était pliée !
En plus de trinquer à l’an neuf, le personnel a eu la primeur du logo de la Ville.

Ce vendredi, dès 11 h, le centre culturel a accueilli les vœux communaux. Il y avait un peu de moins de monde que les années précédentes étant donné que la cérémonie n’était destinée qu’au personnel communal actuel et ancien. 

Les ASBL paracommunales, les associations et la population étaient conviées à une autre cérémonie, à 18 h.

Le directeur général, Cédric Vanysacker, a jeté un œil rétrospectif sur 2019,

 résumant les nombreuses actions citoyennes et les réalisations. Il a aussi évoqué la mise en œuvre et le suivi du changement de gestionnaire de réseaux de distribution de Gaselwest vers Ores.

En 2020, d’autres projets vont se concrétiser : la rénovation du dépôt communal à Warneton, le marché de services pour l’extension de l’hôtel de ville sur le site du Blokker, le suivi du dossier de la rénovation de la MJC, etc.

En tant qu’échevin du personnel, Philippe Mouton a évoqué les défis  qui se profilent à l’horizon, qu’ils soient financiers, humains ou politiques,

de même que la difficulté de trouver du personnel qualifié, dans une région éloignée des centres urbains. En cette première année de fonction, l’échevin a exprimé le plaisir qu’il a eu de découvrir la diversité de compétences que compte le personnel communal. « Cette Ville a besoin de vous! », a-­t-­il conclu.

« Une année d’apprentissage »

Last but not least, il restait à la bourgmestre Alice Leeuwerck à s’exprimer.

« L’année écoulée a été, pour moi, pour nous, une année d’apprentissage. Il a fallu apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, à s’adapter à des nouvelles visions du travail et à d’autres valeurs, à modifier certains projets en cours ou à mettre en route, et à découvrir les priorités de la nouvelle majorité. Après un temps d’adaptation bien nécessaire, chacun

de nous a aujourd’hui trouvé ses marques. »

L’éventail administratif est surprenant : « Et mon dictionnaire s’en est profondément enrichi : impétrants, pierre bouchardée, grue télescopique, big foot, wallonnettes, columbariums, abris de touche, praticables, papillons, signataire –un mot dont je rêve maintenant la nuit ­, ordonnancement de dépenses, Cwatup, etc. »

Une fourmilière de 283 personnes

Elle a réaffirmé que la garantie de l’emploi était une priorité : « Une cinquantaine de C.D.I. ont été octroyés l’an passé. Personne n’a été licencié, nous avons tenu nos promesses. Nous avons à cœur de suivre chaque dossier et chaque employé. Notre objectif est réellement que chacun se sente bien sur son lieu de travail,

qu’il vienne avec motivation et entrain, chaque matin, œuvrer pour le bien de tous les citoyens. Notre porte est toujours ouverte, même sans rendez­vous.

Chacun doit être comme une petite fourmi qui, comme dans 

une fourmilière où grouillent 283 personnes soit 254 équivalents temps plein, doit œuvrer à son poste, pour le bien de toute la population. Chaque fourmi a un travail bien spécifique à réaliser. Et si une fourmi manque à l’appel, si un

maillon se brise, ça ne fonctionne plus. Seule, une fourmi ne fera pas le job… »

M-F ph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *