À Armentières ce samedi 27 avril 2019. Voilà ce qui sera proposé lors des Malécofoliz’ aux ateliers Malécot :

 

Un marché artisanal et festival écocitoyen qui réunira Armentiérois et habitants des alentours, autour de produits artisanaux locaux et durables, d’animations écocitoyennes et d’un festival de musique.

Une journée festive destinée à favoriser les rencontres avec des producteurs, sensibiliser petits et grands au développement durable, inviter les visiteurs à devenir des consommateurs citoyens et proposer une journée de découvertes et d’animations ludiques », argumentent les organisateurs.

L’Esat d’Armentières, où sont produites les bières La Léonce d’Armentières ou encore le café Léonce accueillera ce festival pluridisciplinaire.

Implanté au cœur de la ville depuis 1967, l’établissement de travail protégé permet à 125 adultes en situation de handicap mental d’accéder à une activité professionnelle.

« Pour tous les goûts »

Samedi 27 avril, de 10 h à 19 h au 29 rue Coli, il y en avait pour tous les goûts avec une attention toute particulière portée aux familles puisque des animations ludiques ont été proposées aux enfants.

Au programme: atelier fabrication de papier, sensibilisation aux déchets sauvages, lombricompostage, maquillage… Et de nombreux artisans à découvrir: confitures, gaufres solidaires, céramique, créations en recyclage…

En bref :

– Un marché artisanal, des découvertes et dégustations – Un festival de musique en continu de 10 h 15 à 19 h – Des animations et ateliers pédagogiques.

Biographie

Léonce Malécot fut le premier à créer, en France, une association des enfants inadaptés (appellation de l’époque) et à travailler pour mobiliser les pouvoirs publics et attirer leur attention sur les enfants déficients.

Tourangeau d’origine et avocat de profession, Léonce Malécot se lance dans la cause des enfants et adolescents présentant des déficiences en 1949, en développant le projet de l’association les Papillons Blancs.

L’histoire veut qu’un jour, alors qu’il assistait avec son épouse à un spectacle de danse d’enfants dans la salle des fêtes du 13e arrondissement de Paris dans lequel sa fille Annie dansait, il dit à son épouse : « Regarde notre fille… elle a la blancheur de l’innocence et l’instabilité du papillon ».

En 1950, il entreprend la parution d’une revue de liaison pour les familles portant le titre Les Papillons blancs et, en 1956, d’un périodique technique, la Revue éducative et documentaire de l’enfance déficiente. Il meurt en 1959.

En 1960, tous les groupements de parents d’enfants handicapés mentaux se rassemblent pour fonder l’UNAPEI.

En 1972, l’UNAPEI regroupe 220 associations, 350 sections, 50 000 familles, 600 établissements spécialisés qui accueillent 30 000 enfants, adolescents et adultes.

Merci à Naden Vythelingum pour le texte bien expliquer des Ateliers Malécotd Armentières

Francis Braem

Album Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *