Il y a parfois à se demander à quel saint on peut encore se vouer (…)

« Le peuple de Dieu nous regarde et attend de nous,  non pas de simples et évidentes condamnations, mais de préparer des mesures concrètes et efficaces. » C’est avec ces mots que François, le 266ème pape, a ouvert  un sommet inédit au Vatican, mettant enfin sur la table, le sujet des agressions sexuelles au sein de l’Église catholique. Autre problème à retenir, est le fait qu’en Europe, depuis de nombreuses années, la dite Eglise est en crise de vocations, donc elle a de la difficulté  à assurer la relève. De ce fait compréhensible, c’est à l’étranger notamment en Inde et en Afrique que l’Eglise catholique a fait appel afin d’assurer la relève.

Pour en revenir au Padre Pio, qui a été capucin et prêtre jusqu’en 1968, soit durant plus de cinquante ans, il porta sur son corps les cinq plaies de Jésus-Christ visibles, et il fut béatifié et canonisé en 2002. Pas étonnant donc, qu’il soit devenu aussi populaire un peu partout dans le monde, et surtout en Flandre, où son image se retrouve dans de très nombreuses chapelles et les églises. Notamment dans la basilique de Dadizele où les croyants vont prier en face de sa statue miraculeuse (photo). Concernant les fameux stigmates de Padre Pio, en 2007, l’historien Luzzatto a défendu la thèse de la supercherie, car dans les archives du Vatican, on a retrouvé une lettre datant de 1919 dans laquelle le Padre avait demandé à une de  ses premières « fidèles » d’aller chercher de l’acide carbonique et de vératrine, soi-disant pour se protéger de  la grippe espagnole, et un certain doute, ou carrément certain s’était installé.

Aussi,  un certain Padre Benedetto dans un recueil à écrit «  Accompagné du Père Gemelle qui avait fait des études médecine,  j’ai demandé au Padre Pio de nous faire voir ses stigmates, mais il a refusé catégoriquement en disant qu’il n’y était pas autorisé par ses supérieurs, et du coup, il nous a prié de quitter immédiatement la pièce. Autre contradiction concernant, suite à  son décès le 23 septembre 1968, lord de sa toilette, l’on n’a constaté aucune plaie sur son corps, mais selon le pape Jean-Paul 1er, c’était son dernier miracle…

Walter Vandenberghe  https://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos/les-images-dactualita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *