Suite au départ de Marc Rugamba, Jonathan Julien sera  le  nouveau pasteur au Temple Protestant de Comines

 

Historique du protestantisme à Comines : en 1924, la Mission Méthodiste demande au pasteur  Jean Schyns de venir prospecter Comines et ses environs pour annoncer le message de la Bible. Commence ensuite une grande lutte pour ce chrétien convaincu, car l’intolérance religieuse y régnait. Personne ne voulait lui louer un logement, ni un local pour le culte. C’est tout juste si les commerçants voulaient lui vendre le nécessaire. Pourtant, le pasteur réussit à organiser des conférences religieuses sous une tente. Ensuite dans une pièce de la Maison du Peuple de la rue de Wervicq à Comines malgré les pressions et menaces du clergé. Le pasteur et sa famille trouvent enfin un logement au Cinq-Chemins, et une salle louée pour les cultes dans la rue de Ten-Brielen. En septembre 1926, a lieu le premier enterrement protestant à Comines.

Ce qui créera bien des ennuis, car les autorités communales et le clergé ne veulent pas qu’un protestant soit enterré avec d’autres cominois. La même année, la Mission Méthodiste achète le café situé 105 rue de Wervicq, et quelques enfants forment un groupe d’école du dimanche conduit pas l’épouse du pasteur. En 1929, le pasteur quitte Comines pour Herstal, ensuite pour travailler dans l’Eglise réformée de France. En 1943, il est arrêté comme résistant pour être conduit au camp de concentration de Mauthausen. Après la guerre, il retrouvera les siens, et décèdera en 1957.

Depuis 1929, Maurice Géva le nouveau pasteur, a consacré une première période de sa vie à Comines jusqu’en 1937. Son travail reste difficile, car l’opposition des autorités religieuses continue à lui créer des problèmes, surtout concernant l’enseignement des enfants. C’est également lui qui créera une section de la « Croix bleue » (société antialcoolique) à Comines. En 1937, Louis Berchier, de nationalité suisse, s’installe avec son épouse à Comines, et c’est elle qui s’occupe de l’instruction biblique des enfants de la communauté. En 1944, un drame touche le pasteur Berchier qui perd sa compagne, et l’église catholique manifeste son affection au jeune pasteur, et celui-ci est particulièrement touché pas la sympathie par un prêtre catholique. Mais l’ensemble du clergé reste toujours hostile à la communauté protestante.

En 1954, la famille Berchier fait ses adieux à la communauté qu’il a servie durant 17 ans. La même année, le pasteur Maurice Géva retrouve son ancienne paroisse de Comines qui le rapproche des siens, mais deux ans plus tard, l’école protestante ferme ses portes. Encore à cette époque, certains cominois étaient en réaction avec le protestantisme. Il était courant de voir des personnes quitter le trottoir du temple, car les protestants étaient considérés comme étant des êtres diaboliques. Source : « Le protestantisme dans la région de Comines hier et aujourd’hui » ( Jean-Marie Duvosquel et Raymond Brancart)

En janvier 2013, le pasteur de l’Eglise Protestante Unie de Belqique 111, rue de Wervicq Marc Rugamba (photo) disait : «La communauté protestante est peu nombreuse, mais elle vit vraiment dans le sens de la communauté avec des amitiés réelles entre les membres. Elle est vivante, chaleureuse et  soudée ».

Walter Vandenberghe https://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos/les-images-dactualita

2 Comments on “Suite au départ de Marc Rugamba, Jonathan Julien sera  le  nouveau pasteur au Temple Protestant de Comines”

  1. Plus de religion; plus de guerres dans le monde…
    Les religions sont source de conflit depuis des millénaires…
    Arrêtons…Au nom de quoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *