« Le plus difficile c’est le soir quand je dois quitter le cimetière »

COMINES : Presque chaque jour, l’artiste peintre cominois Paul Desmet, 82 ans domicilié rue du Triangle se rend au cimetière de Comines en emportant son chevalet et ses pinceaux pour aller peindre à côté de la tombe où repose son épouse Gisèle Deville décédée en février 2015. Dernièrement encore, lors d’une cérémonie patriotique, il était là, assis paisiblement sur une chaise pliante occupé à peindre un oiseau dans le ciel. Parfois, quand il est seul, il lui parle comme avant quand elle était encore à la maison. Et depuis son décès, toutes ses toiles sont signées Gisèle et Paul.

Walter Vandenberghe https://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos/les-images-dactualita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *