Bienheureux les soldats qui en 1940, parlaient la langue de Vondel

COMINES : En mai 1940, à l’issue de la bataille de la Lys, donc suite à la campagne des 18 jours, et ce dans le cadre de la « Flamenpoliltik » les soldats belges furent expédiés en Allemagne en tant que prisonniers de guerre. Durant le début de leur « séjour », ceux qui réussirent à passer les tests linguistiques en néerlandais reçurent leur Entlassungsschein (bon de sortie) et furent libérés d’office permettant ainsi de regagner leurs foyers respectifs principalement situés en Flandres. Quant aux autres ne parlant pas la langue de Vondel, ils restèrent captifs jusque la fin de la guerre. Ce qui bien entendu, engendrera  un immense sentiment d’injustice…

Pour les bienheureux rapatriés de Comines ou ailleurs, ceux de l’actuelle entité cominoise ont  certainement été obligés de se faire enregistrer à l’Orstkommandantur (administration militaire)  de la Rue de Wervicq (photo). En effet, très souvent,  les Allemands tout comme en 14-18, réquisitionnaient leurs Kommandantur dans de très beaux bâtiments : châteaux, manoirs ou hôtels de luxe.

Walter Vandenberghehttps://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos/les-images-dactualita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *