Baelen ne fera pas campagne pour Action

 

Le 1er échevin Freddy Baelen ne figure pas sur la liste d’Action

Freddy Baelen, échevin depuis 24 ans, ne fera pas campagne pour la liste Action aux prochaines élections communales au mois d’octobre. Un désaveu politique résultant du désaccord entre lui, l’actuelle bourgmestre ff Marie-Eve Desbuquoit et Didier Vandeskelde figurant en seconde position sur la liste.

Après près de trente ans au service des Cominois, Freddy Baelen, 1er échevin, a pris la décision de ne pas mener la liste Action
aux côtés de ses colistiers, faute de ne pas se voir confier « un rôle à responsabilités ». Ce dernier briguait en effet la deuxième place sur la liste de Marie-Eve Desbuquoit, finalement attribuée à l’échevin Didier Vandeskelde.

Une place qui, selon lui, lui revenait de droit.

Avez-vous été consulté pour figurer sur la liste Action pour les prochaines élections ?

On m’a en effet proposé de faire partie de la liste, mais en troisième position, après Didier Vandeskelde. Je trouve que ce n’est pas très honnête vu mon grade de 1er échevin. Il n’y a eu aucune concertation avec les membres du collège, Marie-Eve Desbuquoit et Didier Vandeskelde ont décidé ça seuls. J’avais, de toute façon, déclaré que si je n’étais pas à la deuxième place je ne me présenterais pas sur la liste et c’est ce que j’ai fait.

Avez-vous eu le sentiment d’être désavoué par votre équipe ?

Oui, je trouve ça dégoûtant.
Cela fait 30 ans que je travaille au service de la population. J’ai passé six ans en tant que conseiller communal et 24 ans au poste d’échevin, je pense que j’avais pourtant ma place.
C’est dommage.

Vous retirez-vous définitivement de la politique locale ?

Je pense avoir suffisamment donné pour la patrie. Je vais terminer mon mandat, mais il y a un temps pour tout. Je serai en retraite anticipée au mois de mai. Je trouverai d’autres choses à faire pour me rendre utile.

Pensez-vous que votre départ puisse porter préjudice au parti ?

Bien sûr. C’est dommage pour le parti qui risque de perdre des voix et peut-être même la majorité. Cela fait trente ans
que je suis là et j’ai beaucoup d’alliés en politique. De par mon travail aussi (à la mutualité chrétienne NDLR), il y a
également beaucoup de personnes qui sont de mon côté, qui comptaient sur moi, et qui ne comprennent pas non plus pourquoi je n’ai pas figuré en meilleure place sur la liste.
Je peux évidemment me tromper, il reste encore du temps avant les élections et nous n’avons pas encore le reste de la liste,. Ce qui est sûr c’est que j’aurai pu ramener des voix pour le parti.

Allez-vous tout de même glisser un bulletin dans l’urne pour Action ?

Je ne sais pas encore, je n’ai pas encore décidé de ce que j’allais faire au mois d’octobre.
Je pense que je prendrai la décision une fois dans l’isoloir, et pas avant.

Quel bilan tirez-vous de votre parcours en tant qu’échevin ?

J’ai toujours été au service de la population et j’ai aimé ça.
J’ai gagné mes galons tout seul, je suis un fils d’ouvriers qui n’a jamais eu aucun passe droit en politique, j’ai été bombardé là dedans,et j’ai appris tout seul. J’ai dû faire face à des gros chantiers, tel que Clarebout par exemple, et j’ai le sentiment d’avoir bien fait mon travail en étant toujours très impliqué. C’est vraiment dommage que ça se termine ainsi, mais je n’ai aucune déception par rapport à ma décision.

Nord éclair mardi 13/2

Freddy Baelen désavoué par son parti n’est pas une surprise et c’est une fin de mandat bancale pour cet homme qui se trouve être dans le parti de la majorité depuis plus de deux décennies.

Nombreux sont ceux qui, pour une raison ou une autre, ont quitté le navire « Action » au fil du temps.

Bien évidemment, le cas de Monsieur le Bourgmestre Gilbert Deleu (2885 voix)est tout autre, mais que sont advenus Jean-Jacques Vandenbroucke(1493 voix), Jacques Vandermarlière ( 872 voix), Géraldine Goudeseune( 597 voix), Gaël Ooghe ( 588 voix) ou encore Lucie Bailly ( 539 voix).

Ces politiciens représentent plusieurs milliers de voix attribuées par les électeurs et il est fort à parier que ce vide ne sera pas comblé lors des élections communales en octobre 2018.

Ces départs, qu’ils soient inopinés ou prévisibles, sont dus en grande partie aux discordes internes qui rongent le parti.

La base d’une réussite en politique est le fruit d’un travail de groupe, ce que semble avoir oublié les principaux acteurs de ce parti.

Le dernier à en faire les frais se trouve être monsieur Freddy Baelen

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.