Franklin Six sera Pro la saison prochaine

Le neveu de Frank Vandenbroucke a réglé ses différends avec les autorités compétentes et signera prochainement un contrat en faveur de l’équipe wallonne dirigée par le tandem Amorison-Marichal.

Alors qu’on évoquait le passage, possible, de Six vers une autre équipe, une discussion de bon aloi s’est tenue à la faveur de Paris-Tours espoirs. « Nous n’avons jamais fermé la porte à Franklin, explique ainsi Christophe Brandt. En avril, déjà, nous lui avions proposé de passer pro chez WB.

 

Je suis convaincu de son talent car c’est un mec qui travaille, il ne rechigne pas à la tâche, je n’ai rien à lui reprocher de ce côté-là. Mais, parfois, nous n’étions plus sur la même longueur d’ondes, en particulier au niveau
de la communication interne. » Cité chez Quick-Step, puis Lotto, le coureur voulait à tout prix passer pro, malgré son jeune âge.
« Ce n’est pas par prétention », poursuit-il. « Mais j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question dans ma catégorie. Je pense avoir les jambes et le coffre pour apprendre en première année pro. D’autres l’ont fait avant moi à 20 ans (21 fin décembre). Wallonie-Bruxelles a une belle équipe, de l’expérience. Je connais très bien Kevyn Ista, Kenny Dehaes qui va arriver, ainsi que les
directeurs sportifs. C’est la meilleure filière pour moi, sans parler du programme sportif. Et puis bon, sans préjuger de mes qualités, je serai dans la peau d’un néo-pro avec l’envie d’apprendre, de découvrir, de me familiariser au haut niveau. Je ne suis pas une vedette. Si cela ne fonctionne pas dans deux ans, j’aviserai. Je suis des cours de comptabilité pour amortir le coup.
Au cas où je serais ridicule ! »
Franklin Six a le mérite du langage cash, ce que certains lui reprochent.
Mais il a des propos clairs, comme ceux de son futur employeur, Christophe Brandt. « Nous avons aplani les différends. Il
ne reste plus qu’à régler des détails à l’échelon du budget pour
conclure l’affaire. J’aurais été déçu de voir un élément formé chez nous partir ailleurs. » Six, qui avoue une passion pour le programme flamand et, donc, les pavés, est prêt à relever le défi et à saisir la perche qu’on lui tend

Plus de détail, si vous le désirez dans le Nord Eclair d’aujourd’hui