L’hypocondrie , un symptôme d’actualité

L’hypocondrie (ou trouble hypocondriaque) est un syndrome caractérisé par une peur et anxiété  excessives et bouleversantes concernant la santé et le bon fonctionnement du corps d’un individu. Une écoute odssetsionelle  de son corps amène l’hypocondriaque à interpréter la moindre observation comme le signe d’une maladie grave. Le manuel(DSM-IV-TR) définit ce trouble, « hypocondrie », en tant que trouble somatique , et une étude montre que 3 % des patients placés en soin souffrent de ce type de troubles. Un exemple typique en est le narrateur dans 3 hommes dans un bateau de >>Jerome k.Jerome, qui, en lisant un dictionnaire médical, se découvre « toutes » les maladies qui y sont décrites à l’exception de l’inflammation de la rotule. Un autre exemple notable est Argan, le personnage principal de la pièce de Molière  Le malade imaginaire

Une hypocondrie « névrotique », où il est question des inquiétudes quant à la santé somatique, est distinguée d’une hypocondrie « psychotique » où il ne s’agit pas simplement d’inquiétudes mais de certitudes quant à la présence d’une maladie7,

L’hypocondrie est définie par s les critères suivants.

  1. préoccupation centrée sur la crainte ou l’idée d’être atteint d’une maladie grave, fondée sur l’interprétation erronée par le sujet de symptômes physiques ;
  2. préoccupation qui persiste malgré un bilan médical approprié et rassurant ;
  3. croyance exposée dans le critère A qui ne revêt pas une intensité délirante (comme dans le trouble délirant, type somatique) et ne se limite pas à une préoccupation centrée sur l’apparence (comme dans le trouble : peur d’une dysmorphie corporelle) ;
  4. préoccupation qui est à l’origine d’une souffrance cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants ;
  5. durée de la perturbation est d’au moins six mois ;
  6. préoccupation qui n’est pas mieux expliquée par une anxiété généralisée, un trouble obsessionnel-compulsif, un trouble panique, un épisode dépressif majeur, une angoisse de séparation ou un autre trouble somatoforme.

Le sujet hypocondriaque vit dans la crainte ou l’idée d’être atteint d’une maladie  grave. Il est persuadé de posséder des signes ou symptômes soi-disant indétectables . La préoccupation peut concerner soit certaines fonctions corporelles comme les  rythmes  cardiaques , digestif, soit des perturbations physiques mineures comme une petite plaie  ou une toux  occasionnelle, soit des sensations physiques  vagues et ambiguës (le cœur fatigué, les veines douloureuses). Il attribue ces signes ou symptômes à la maladie qu’il soupçonne et s’inquiète de sa signification.

Cette maladie est classiquement considérée comme une affection de l ‘adulte bien qu’elle puisse apparaître chez l’adolescent. Chez l’un comme chez l’autre, des inquiétudes et des plaintes douloureuses sont exprimées, les visites chez le médecin sont très fréquentes, ainsi que des examens médicaux approfondis. Malgré les résultats toujours négatifs, certains malades vont parfois jusqu’à réclamer une intervention chirurgicale pour réparer un défaut qu’ils attribuent à une partie de leur corps. Leur conviction est redoutable et leur certitude est difficile à ébranler.

Philippe  Miquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *