CULTURE :Première de l’album « Vers la lumière » de Chrisdenerfs

Chrisdenerfs ou Christian Dumontier ? L’un ou l’autre, l’un est l’autre et vice versa ! Oui, Chrisdenerfs et Christian Dumortier ne sont qu’une seule et même personne. Mais qui est Chrisdenerfs ? Comment … vous ne le connaissez pas ? Ce n’est pas possible : Chrisdenerfs est un chanteur francophone bien connu en Wallonie, à Bruxelles et même dans le Nord de la France. C’est la presse qui le dit !

Un chanteur qui présentera la première de son nouvel album ce vendredi 3 février, à 21h, en la salle mythique du… »Salon », à Silly, petite commune située à quelques encablures d’Ath et d’Enghien.

Et Chrisdenerfs n’est pas peu fier de ce nouvel opus, comme nous avons pu nous en apercevoir lors de notre rencontre.

Parle-nous de ton nouvel album « Vers la lumière »

La réalisation de cet album m’a demandé un an de travail. Je suis l’auteur et le compositeur de mes chansons, et je bosse avec des arrangeurs pour les orchestrations. Pour « Vers la lumière », il s’agit des frères Chainis. Arrangements et enregistrements ont été effectués à Morlanwelz, mixages et mastering à Bruxelles.

Il s’agit d’un album classique comportant 12 titres. Ce que je recherche avec ce nouvel album (le 2e), c’est un peu de reconnaissance…toucher le cœur des gens avec des sujets qui les touchent…sérieusement parfois mais le plus souvent avec humour.

De quoi se compose ton tour de chant ?

Bien entendu, y figurent les 12 tires de « Vers la lumière » mais aussi quelques morceaux anciens des tournées précédentes. Notez que le nouvel album recèle une poésie efficace, quantité de jeux de mots et d’images, un rock direct et actuel. Un vrai régal. Ce n’est pas moi que le dit, ce sont les avis unanimes à son sujet : c’est un album très riche, amené à rencontrer un vif succès.

Et ton groupe ?

Chrisdenerfs, c’est…Chrisdenerfs (chant), Philippe Thibaut (guitare), Claude Bodart (basse) et Fabrice Mirco (batterie).

Que t’apporte la chanson ?

La chanson est un échange ! Elle ne m’apporte rien et je ne lui apporte rien…je suis infernal. Pour être sérieux, je suis né chanteur. J’ai toujours rêvé de chanter. Quand tu as ça dans le ventre…tu meurs avec ! J’étais un auteur modeste, un musicien moyen, un petit comédien…je suis devenu chanteur ! Pour mes chansons et mes musiciens, je suis l’auteur, le compositeur, le musicien. Le leader et le dealer ! J’ai un grand besoin de communication.

Depuis quand chantes-tu ?

Comme je l’ai dit : depuis ma naissance. Plus sérieusement, et comme pour beaucoup, depuis l’âge de l’adolescence. J’étais chanteur dans un petit groupe de rock. J’ai recommencé il y a onze ans.

Paraît que tu es originaire de l’entité de Comines-Warneton ?

En effet, je suis né à Warneton, il y a longtemps, longtemps. Mon père était ouvrier et maman s’occupait du diable de fils que j’étais.

Des souvenirs de cette époque ?

Oui, beaucoup…Je me souviens de la Lys, de la fête des Mountches, de l’école primaire à Warneton, de l’athénée de Comines, de mes amis d’enfance : Jean-Philippe Woestyn, Alain Pannecouque, Freddy Roose, Denis Blondel, Anita Desmarets, Christine Bourdouxhe, etc. De mes cousins et cousines, de la « grosse tête » de Messines où on allait à pied ou à vélo. De la maraude, d’une épinoche attrapée et ramenée chez moi et qui m’a coûtée une broncho-pneumonie. Des parties de foot que l’on faisaient dans une prairie le long de la Lys…jusqu’à ce qu’il fasse noir et que l’on ne voit plus le ballon. Du coiffeur au coin de ma rue qui me faisait toujours une coupe pas possible. Des courses à pied que l’on faisait autour du quartier…et que gagnait toujours un certain Guillemeau dont j’ai oublié le prénom. Des images des coureurs du Tour de France que l’on s’échangeait.

Après Silly, d’autres rendez-vous sont déjà prévus ?

Oui. Frameries (17 février), Namur (24 février), Paris (1er mars) etc.

Ton tour de chants passe par Comines ?

Pour l’instant, non ! En fait, je n’ai aucun contact avec les organisateurs cominois actuellement. Mais rien ne dit que cela ne se fera pas un jour ou l’autre. Cela me ferait grand plaisir que de chanter dans ce coin de Belgique où je suis né.

Côté pratique

Où ? « Salle « Le Salon » à 7830 Silly, rue ville basse, 19

Quand ? Ce vendredi 3 février à 21h

Combien ? PAF 5 euros. Des préventes sont organisées sur place au Salon à un prix inférieur (François 0474/59.83.43).

Sigi Delviquière



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *