Saint-Nicolas, Père Noël, lui dire … ou pas ?

Saint-Nicolas discute avec le Père fouettard pour savoir quel petit enfant aura été bien sage pendant toute l’année afin de mériter les cadeaux qu’ils lui apporteront, ils refont les semelles de leurs bottes car le parcours sera bien long…

Père Noël lui, prépare sa garde-robe, affine sa barbe, nourrit ses rennes et travaille sans arrêt et sans arrêt pour préparer tous les sacs qu’il amènera.

Bientôt, ils devront être fin prêts pour la distribution !

Étant petits, nous avons tous cru à Saint-Nicolas ou au Père Noël. Mais en grandissant, les questions et les doutes ont commencé à germer dans nos petites têtes blondes et il a bien fallu un jour arrêter de rêver… Mais à quel âge faut-il annoncer cette nouvelle aux enfants? Comment leur expliquer pourquoi leurs parents leur ont menti alors que mentir, c’est mal?

Attention! Il faut laisser les enfants développer leur propre opinion, ce n’est donc pas à vous d’un jour débarquer avec vos gros souliers en lui disant soudainement « au fait, Juju, je devais te dire un truc, Saint-Nicolas n’existe pas! ». Un peu trop cash et pas forcément adapté à la situation.

Les petits vivent dans un monde peuplé d’imaginaire, avec des personnages fantastiques (fées, chevaliers, dragons, animaux qui parlent, héros divers) et pour eux, l’existence du Père Noël ou de Saint-Nicolas est tout à fait normale et il n’y aucun mal à ça. Les contes et les histoires sont aussi là pour leur apprendre certaines valeurs et les préparent à la vie, même si l’imaginaire tient le premier rôle.

Ils ne sont pas naïfs, ils y croient, c’est tout. Comme ils pensent que les filles naissent dans les roses et les petits garçons dans les choux, que les petites souris viennent chercher leurs dents sous l’oreiller, etc.

Evidemment, à force de rencontrer des Saint-Nicolas dans tous les magasins, ils se rendent compte que quelque chose cloche. Dites-leur simplement que ce sont des gens déguisés qui aident le vrai Saint-Nicolas car celui-ci a trop de travail en ce moment: il doit s’occuper des cadeaux tout de même!

Premières questions

Les doutes commencent généralement à se poser vers 5 ou 6 ans, parfois plus tôt. L’entourage joue alors un rôle majeur: les enfants reviennent parfois en disant qu’un copain lui a dit que Saint-Nicolas n’existait pas. Si cela le perturbe, qu’il semble malheureux, rassurez-le en lui expliquant que certains n’y croient pas, mais que vous vous y croyez.

Viendront ensuite les vraies questions: pourquoi ceci, pourquoi cela, comment est-ce possible qu’il puisse voler, etc. Il sort petit à petit de son monde imaginaire et s’interroge. Il faudra alors lui avouer que non, Saint-Nicolas n’existe pas, racontez-lui la vraie histoire de Nicolas de Myre, il se dira qu’on ne l’a pas arnaqué entièrement. Expliquez-lui que c’est une tradition qui est restée, en hommage à un homme qui a été très généreux avec les enfants.

Il sera peut-être déçu d’apprendre la vérité mais mieux vaut une belle explication qu’une prise de conscience à l’école, où il se sentira ridicule face aux moqueries de ses camarades de classe.

En douceur
Si malgré tout, aucune question ne vient et qu’il continue d’y croire au delà de six ans, il faudra peut-être lui annoncer la mauvaise nouvelle vous-même. Il sera en effet fâché sur vous de l’avoir appris par ses petits copains.

Prenez le temps de lui expliquer la vraie histoire de Saint-Nicolas, mais dites-lui que le côté fantastique n’est pas possible: personne ne sait voler, n’y passer par la cheminée et non, personne n’a de pouvoirs magiques. Rassurez-le en lui expliquant que vous aussi vous y avez cru, que vous aimiez ces moments, même une fois la vérité connue, que vous estimiez important de perdurer cette belle tradition.

Dites-lui que vous êtes fier de lui, qu’il devient un grand, mais qu’il doit garder ce secret pour lui et ne pas le dire à ses petits frères et soeurs, que chacun doit apprendre la vérité au bon moment et qu’il serait dommage de ne pas leur laisser croire à cette part de magie.

Un commentaire pour “Saint-Nicolas, Père Noël, lui dire … ou pas ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *